Depuis 2012, l’association américaine “Men Having babies” organise des évènements et des conférences destinées à aider parents et aspirants parents homosexuels à se rencontrer afin de favoriser un contexte permettant à ces derniers d’explorer différentes voies vers la parentalité

Tout à fait New-Yorkaise à l’origine, les contacts de l’association se sont étendus de part les Etats-Unis dans un premier temps pour ensuite traverser les océans.  Depuis 2015, un évènement annuel est organisé au cœur de l’Europe. Dans le principe, MHB s’intéresse à toutes les formes de parentalité mais son focus sur la filiation biologique l’amène à ne presque exclusivement parler que de Gestation Pour Autrui (GPA).

 

MHB a choisi Bruxelles comme base européenne et récurrente pour l’organisation de sa conférence européenne. La GPA reste en Europe un sujet controversé. Souvent mal comprise et parfois malheureusement pratiquée dans un contexte éthique discutable, la simple évocation de la procédure peut rencontrer une incompréhension et une opposition parfois très virulente et de groupes très différents tels que des groupements conservateurs religieux ou certaines associations féministes.

 

En France, en Italie ou en Allemagne (entre autre nations), toute démarche pouvant être comprise comme constituant une forme de promotion de la GPA peut se voir lourdement sanctionnée. Ce n’est pas le cas en Belgique où ce mode de procréation médicalement assisté est pratiqué de façon très sélective dans quelques centres médicaux dispersés dans le pays. Ici, la GPA reste cependant dans un cadre juridique flou et semble être amenée à y demeurer tant que les multiples et régulières propositions de lois visant, selon leur origine, à encadrer ou à bannir la procédure de notre territoire national ne passeront la barre du parlement.

 

Bon an mal an, quelques deux-cents participants assistent aux conférences de MHB. Pour la plupart masculins, ils viennent essentiellement des pays limitrophes : France, Allemagne, Pays-Bas. Les belges en provenance de toutes les régions du royaume représentent une vingtaine de pourcent du public.

 

Le mode de financement de Men Having Babies veut que pour pouvoir exister et à fortiori accomplir ses missions, l’association vend des espaces d’exposition lors de ses évènements. Agences de coordination de GPA, cliniques de fertilité et pourvoyeurs services médicaux ou légaux les achètent volontiers, trop heureux d’avoir sur le temps d’un week-end autant de clients potentiels réunis en un seul lieu. Ce côté « Salon de la GPA », dont on émerge la tête pleine de nouvelles idées et avec un sac rempli de brochures et de colifichets divers est un petit peu surréaliste. Il souligne le côté commercial de la GPA telle que pratiquée aux Etats-Unis d’où proviennent l’immense majorité des exposants.

 

Pour les participants, cette conférence à l’immense mérite de permettre de rencontrer in vivo, sans devoir traverser l’Atlantique et en un même lieu des représentants de dizaines de prestataires de service. C’est aussi (et peut-être surtout) un week-end au cours duquel il est possible de se familiariser avec une procédure qui peut paraître inabordable et insurmontable et de se rendre compte si se lancer dans un tel projet est réaliste. On y entend une succession d’intervenants partageant leur expertise sur la question dans les domaines juridiques, médicaux ou sociaux.  Les témoignages des familles, chaque année plus nombreuses, constituées suite à une procédure de GPA, et celui de mères porteuses sont toujours immensément appréciés et rassurants.

 

Homoparentalités, asbl, en tant qu’association homoparentale locale ne peut se contenter de rester à la marge de l’organisation d’un tel évènement à Bruxelles. Une partie significative de nos membres ont accédé à la parentalité par un recours à une procédure de GPA, bon nombre d’autres l’envisagent ou l’ont envisagé.

 

L’association est donc présente au cours de conférence aux côtés de représentants d’autres associations homoparentales européennes afin d’apporter aux participants un support neutre et objectif (nous ne vendons rien et tous nos intervenants sont bénévoles). D’autre part, il est parfois utile de « désaméricaniser » l’ambiance et de rappeler les données locales.

 

Homoparentalités a publié en 2016 un document de positionnement sur le thème de la GPA www.homoparentalites.be. Il en ressort qu’en tant qu’organisation promouvant la parentalité au sein des communautés LGBTQI, nous ne pouvons qu’être favorable à un encadrement législatif réaliste de la pratique qui permettrait de s’assurer à terme qu’elle soit d’un meilleur accès local tout en suivant un certain nombre de valeurs éthiques très strictes mettant en première ligne le consentement éclairé et la dignité de la mère porteuse, déterminant avec précision les droits et devoirs de toutes les parties et s’assurant que l’enfant à naître ait plein accès à son histoire. MHB promeut un code éthique mis à disposition des participants et exige des exposants à ses évènements qu’ils y souscrivent. http://www.menhavingbabies.org/advocacy/ethical-surrogacy/#2

 

Cette année, nous serons présents les 22 et 23 septembre à l’ouverture de la conférence et participerons à certain des panels. Nous modérerons les conversations d’ordre juridique et sociétal prenant place dans l’espace réservé aux participants construisant leur projet en Belgique et le samedi soir, accueillerons tous les participants  (les détails suivront) pour un moment convivial en dehors du site de la conférence.

 

Les renseignements et inscriptions à la conférence se font sur le site de MHB :

http://www.menhavingbabies.org/surrogacy-seminars/brussels/francais/

N’oubliez pas de mentionner sur votre formulaire d’inscription que vous êtes membres de homoparentalités asbl. Cela vous permettra de bénéficier d’une réduction de 25%.

 

Être membre de l’association peut aussi permettre de faciliter (en réunissant les conditions voulues par le programme) d’accéder au programme GPAP (Gay Parenting Assistance Program). Cette aide financière mise en place par MHB propose des tarifs préférentiels négociés avec certains prestataires de service et même dans certains dossiers de réels subsides permettant d’alléger la bien trop lourde charge financière qui accompagne le parcours de GPA aux USA ou au Canada. Bien que ne prenant aucune décision sur l’issue du dossier et n’ayant aucun contact direct avec les prestataires de services, Homoparentalités aide volontiers ses membres éprouvant des difficultés à effectuer les démarches auprès de MHB.

 

Non, une GPA aux USA ou au Canada n’est pas la seule voie vers la parentalité pour les hommes gays, loin s’en faut. Ce n’est pas non plus un projet auquel tous peuvent souscrire.  La  possibilité cependant de pouvoir se faire une idée globale sur un week-end ne se présente chez nous…qu’une fois par an !